Accueil                                               Le site Pour Marilou
Médias
Calendrier de nos actions
Sécurité routière
Témoignages et hommages      Adhésions
Comité scientifique Parrainages Remerciements
Actions
Mieux vaut en rire
Liens et adresses utiles
Contactez nous
Livre d'or


CANNABIS

Infos cannabis
Le cannabis au volant
Vos enfants et le cannabis
Vos copains, le cannabis et vous
Le point de vue des professionnels

JUSTICE

Legislation
Famille de victime : vos droits
Jugements


Mieux vaut en rire

DES CHEVAUX SOUS LE CAPOT le 19/10/2012

Le danger ce n'est pas les chevaux qui sont sous le capot,mais l'ane qui est au volant!

probablement Pierre DAC

 

CANNABIS ET CANARDS ! le 05/10/2011

Il n'y a pas de meilleur vermifuge

Un éleveur donnant du cannabis à ses canards a été condamné

 

L'ALCOOL EN 1900 le 10/12/2008

L'Alcool en 1900

 

REVUE DE PRESSE DE LA MILDT le 30/03/2007

Trafic - greffière et policier

L’AFP indique qu’une greffière du tribunal de Strasbourg et un policier de la brigade des stupéfiants sont soupçonnés de trafic de drogue et de blanchiment d’argent après la découverte de 4,5 kg d’héroïne au domicile de la greffière. L’agence qui note que le parquet de Strasbourg a requis la mise en examen et le placement en détention des deux suspects ainsi que d’une troisième personne déjà condamnée pour infraction à la législation des stupéfiants, précise que selon le procureur, la greffière « a admis dans ses auditions (...) que ces stupéfiants avaient été amenés par le capitaine de police dont elle était la maîtresse depuis plusieurs années et elle a reconnu qu’elle avait conditionné cette drogue en sachets ». D’après le communiqué publié « elle a par ailleurs déclaré avoir reçu de son amant des sommes d’argent en espèce qu’elle aurait fait transiter sur son compte bancaire avant de les reverser sur celui du policier ». Le texte du procureur précise par ailleurs que le policier a « reconnu avoir déposé l’héroïne saisie chez sa maîtresse » et « détourné des scellés de stupéfiants qu’il était chargé de détruire dans des conditions réglementaires ». D’après ce document, le policier a déclaré n’avoir fait ce qui lui est reproché « que pour approvisionner des informateurs et pour le reste qu’il s’expliquerait devant le juge d’instruction ». Indiquant que sur les indications de la troisième personne mise en cause, « les enquêteurs ont pu saisir d’autres produits stupéfiants auprès de deux autres personnes » notamment 370 g d’héroïne qui lui auraient été remis par le policier, l’agence souligne que cette affaire a pour origine « des renseignements précis et vérifiables » qui ont été communiqués à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) en janvier 2007. D’après l’agence, une information judiciaire a été ouverte dès le 18 janvier et une commission rogatoire a été délivrée à l’IGPN.

EN BREF

VALEURS ACTUELLES reprend la dépêche AFP d’hier concernant ce néerlandais, qui condamné pour contrebande de drogue mais relaxé pour sa vente, avait interprété à la lettre la condamnation en déduisant de ses impôts ses frais d’achat et de transport de drogue.